la perte brutale

<

La perte brutale de deux amis très chers : un papa et son fils, me conduit à relire cette magnifique lettre que Julos Beaucarne, chanteur et poète belge écrivait au lendemain de l’assassinat de son épouse :

pile-livres

Amis bien aimés,

Ma Loulou est partie pour le pays de l’envers du décor, un homme lui a donné neuf coups de poignard dans sa douce peau. C’est la société qui est malade, il nous faut la remettre d’aplomb et d’équerre par l’amour  et l’amitié et la persuasion.

C’est l’histoire de mon petit amour à moi arrêté sur le seuil de ses 33 ans. Ne perdons pas courage, ni vous, ni moi. Je vais continuer ma vie et mes voyages avec ce poids à porter en plus et mes deux chéris qui lui ressemblent.

Sans vous commander, je vous demande d’aimer plus que jamais ceux qui vous sont proches ; le monde est une triste boutique, les coeurs purs doivent se mettre ensemble pour l’embellir,

Il faut reboiser l’âme humaine.

Je resterai sur le pont, je resterai un jardinier, je cultiverai mes plantes de langage. A travers mes dires, vous retrouverez ma bien-aimée ; il n’est de vrai que l’amitié et l’amour.

Je suis maintenant très loin au fond du panier des tristesses.

On doit manger, chacun, dit-on un sac de charbon pour aller au paradis, ah comme j’aimerais qu’il y ait un paradis, comme ce serait doux les retrouvailles. En attendant, à vous autres, mes amis d’ici-bas

, face à ce qui m’arrive, je prends la liberté, moi qui ne suis qu’un histrion, qu’un batteur de planches, qu’un comédien qui fait du rêve avec du vent, je prends la liberté de vous écrire pour vous dire à quoi je pense aujourd’hui :

Je pense de toutes mes forces qu’il faut aimer à tort et à travers.

Avec Julos Beaucarne, amis lecteurs oui je pense très très fort  Qu’il faut aimer à tort et à travers.

 

Bonne semaine à chacune et chacun !

Abbé Bruno

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marie-Agnès Leclerc dit :

    Dans le Livre du Siracide, je lis  » Un ami fidèle n’a pas de prix, sa valeur est inestimable… »
    Parfois , l’amitié apparaît comme un parent pauvre de l’amour..;un lot de consolation…et pourtant c’est un trésor…un trésor si grand qu’il faut le chercher , faire le tri dans les « amis de Facebook »…
    Jésus aime chacun..le verbe AIMER se conjugue au singulier..Une amitié engage…une affection concrète…Un ami connaît les défauts de l’autre et cela emprunte le chemin du pardon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.