Carême

Carême. C’est mercredi, que ça commence ! Nous serons sans-doute nombreux pour en prendre le départ. Tout commence par de la cendre, ce petit reste quand tout est consumé. Eh oui, tout a une fin. Ta vie, ma vie s’en va vers son terme, que restera t-il de toi quand tu « parviendras au terme de la route, pénétrant dans le rien que tu dois devenir » ?

40 jours, cela peut paraître long. Et pourtant, le sablier, la trotteuse de ta montre, l’horloge de la maison te rappellent  sans-cesse que le temps s’écoule vite, trop vite. Prends-tu le temps de voir tes enfants grandir ? As-tu le temps de penser à toi, de prendre soin de toi ? le dialogue soutient-il la relation d’amour avec ton conjoint, n’es-tu pas dans la routine ? Te reste-t-il un peu de temps pour le partage avec le pauvre, l’accueil de l’étranger… ?

36548_careme_440x260

Se priver, mais vous n’y pensez pas ! Ce que j’ai, je l’ai gagné, c’est mon bien, acquis à la sueur de mon front, ça se mérite ! « Tout, tout de suite pour moi tout seul ! », voilà une bonne définition du péché, tu en es esclave et tu ne veux pas en sortir ?

Prier,  plus que de coutume. Entrer en relation avec ton Dieu, notre Dieu. Il se révèle à nous comme un Père plein de tendresse, un Frère qui  donne sa vie par amour pour nous, un Esprit, une force qui t’habite, t’invite sans-cesse à aller de l’avant. Laisse le Seigneur combler tes vides, il sait mieux que toi ce dont tu as besoin, c’est lui qui prend l’initiative de te rencontrer, prier c’est simplement ouvrir la porte, ta porte….

Entrer dans l’Espérance : tout commence par la cendre, tout débouche sur un passage, une Pâque, un tombeau vide, le jardinier qui t’appelle par ton prénom, le compagnon de route qui fractionne le pain, le marcheur du bord du lac qui t’invite à jeter les filets : Rabbouni, Seigneur, c’est donc toi !

Comment ne pas accueillir ce carême comme un temps de bonheur où je vais dévoiler qui je suis vraiment, j’aimerais tant aimer à la manière du Christ. C’est possible ! Alors, de la cendre, de ce rien de rien peut advenir la Vie. « Dans la totale nuit s’abolira le doute, si Dieu vient m’y saisir, Lui seul mon avenir… »

A mercredi mes amis !

Bonne semaine.

Abbé Bruno

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.