DEPOUILLE

sobre, simple, sans ornement, se dit d’un animal qui perd sa peau, d’un arbre ses feuilles…. A l’aube de la semaine pascale, notre foi nous invite à méditer ce mot.

« Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est dépouillé, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. ». Ph 2,7.

Fantasque la vie ! Dès la naissance il nous faut accumuler. Pensez, nous ne faisons que grandir, prendre du poids, nous passons d’une taille à une autre, il faut suivre ! Vêtements, jouets tout s’accumule dans la chambre de bébé, dès les commencements le pauvre ours se transforme en collection de peluches. Il en est ainsi de nombreuses années, la collection de peluches se muant en objets divers, meubles, électro ménager, vêtements et chaussures, livres, biens de consommations, propriétés diverses et variées. Evidemment à chacun selon son pouvoir d’achat, biens acquis, fruit de son travail et de son courage, hérités selon la bonne étoile du jour de la naissance, à chacun selon son intelligence, ses capacités physiques et intellectuelles…. C’est à la fois le loto et la récompense de son labeur.

Un jour pourtant il nous faut faire le tri, au grès des déménagements et des toilettes de printemps, jusqu’à la maison de retraite où nous n’emportons que quelques valises peu encombrantes…

Puis vient le grand départ où nous nous retrouvons tous à égalité, seul le poids de l’amour vécu se retrouvera dans les bras du Seigneur.

10d_Station_Kleider_beraubt_by_Friedbert_Simon_pfarrbriefservice

Cette leçon de vie doit nous permettre, alors que nous allons nous retrouver dans quelques jours au pied de la croix aux côtés de Marie et de St Jean, de faire le point sur le sens de notre existence et de ce que nous possédons. Où se trouve l’essentiel de ma vie ? Ne suis-je pas encombré de trop de futilités ?

Jésus n’avait même pas une pierre où reposer la tête. Oui bon !  Certains prennent « les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages » on ne va quand même pas se transformer « en moutons que l’on tond avant de les mener à l’abattoir ».Rassurez-vous les amis après Pâques vient la vie en abondance, et après la multiplication des pains il restera 12 corbeilles, Quel gâchis !

Que l’Humour, que dis-je que l’Amour triomphe !

Bonne semaine pascale à tous

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *