Edito n° 482 du 16 octobre 2020

En ce dimanche de la mission…..

En ce dimanche de la Mission, les textes de la liturgie nous rappellent l’importance que nous avons aux yeux de Dieu et le rôle que nous avons aux yeux des autres. Individuellement comme enfant de Dieu, mais aussi collectivement comme Eglise, communauté de croyants destinée à rendre compte de l’espérance qui l’anime en portant la charge de la Mission. Comme l’écrit le Pape François dans ’’La joie de l’Evangile ’’, « En vertu du baptême reçu, chaque membre du Peuple de Dieu est devenu disciple missionnaire. Chaque baptisé, quelle que soit sa fonction dans l’Église et le niveau d’instruction de sa foi, est un sujet actif de l’évangélisation. Tout chrétien est missionnaire dans la mesure où il a rencontré l’amour de Dieu en Jésus Christ ; nous ne disons plus que nous sommes ‘disciples’ et ‘missionnaires’, mais toujours que nous sommes ‘disciples-missionnaires’ » (EG 120).

Cette vocation, le Prophète Isaïe nous la remet en mémoire dans la première lecture de ce dimanche « Je t’ai appelé par ton nom, je t’ai donné un titre. Je suis le Seigneur, il n’en est pas d’autre. Je t’ai rendu puissant, alors que tu ne me connaissais pas. » (Is 45, 1.4-6).

Et Saint Paul dans la première aux Théssaloniciens rappelle que toute communauté fondée dans le Christ est, quelques soient ses défauts ou imperfections, porteuse de la grâce divine et donc lieu de la manifestation de son action. A ce titre, elle est Eglise de Dieu ! « Paul, Silvain et Timothée, à l’Eglise de Thessalonique qui est en Dieu le Père et dans le Seigneur Jésus-Christ, écrit-il », manifestant  ainsi un immense respect à cette modeste communauté.

Toute cette reconnaissance valorise nos personnes et nos communautés en nous mettant en route pour la mission. Les paroles de saint Paul nous exhortent : « Sans cesse, nous nous souvenons que votre foi est active, que votre charité se donne de la peine, que votre espérance tient bon en notre Seigneur Jésus Christ. » (1Th 1,1-5).

Il s’agit « d’aller vers » et de « sortir de » car « sortir de soi-même, pour s’unir aux autres, fait du bien » (La joie de l’Evangile 87). Avec joie, ensemble, osons annoncer l’amour de Dieu, « raconter à tous les peuples sa gloire, à toutes les nations ses merveilles ! », osons « Aller dire aux nations : ‘Le Seigneur est roi !’ » (Ps 95).

CLIQUEZ POUR OUVRIR feuille paroissiale n°482

Abbé Jacques

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.