Edito n°264 – 27 novembre 2015

Bonne année … cela peut vous paraître bizarre et pourtant, ce 1° dimanche de l’année nous fait entrer dans une nouvelle année liturgique. Nous vous invitons à vivre ce temps de l’avent par une démarche qui nous fait entrer dans l’année jubilaire de la miséricorde.

Ce mot miséricorde est passé de mode et nous fait penser au pardon. Etymologiquement, ce mot est composé de 2 mots : misère et cœur. La miséricorde biblique ne nous enferme pas dans l’émotionnel mais nous invite à nous mettre en lien avec la justice, avec l’attention aux plus fragiles. Semaine après semaine, des restos du cœur au téléthon, de l’opération banque alimentaire aux multiples sollicitations des associations caritatives et de solidarité, nous serons sollicités. Ce sera l’occasion de réaliser des gestes personnels mais surtout d’aller à la rencontre des personnes et de mieux comprendre les situations dans lesquelles certains se trouvent … pauvreté, handicap, solitude, misères de toutes sortes.

Or il s’agit ni plus ni moins d’appeler à une révolution de la tendresse qui nous oblige à réformer nos manières d’être et de communiquer. C’est à la fois l’occasion d’expérimenter l’immensité de l’amour inconditionnel de Dieu vis-à-vis de moi que de le découvrir au cœur de toute humanité, surtout souffrante et appelant à la solidarité.

P1470502

Faisons nôtres ces paroles du Pape François « Il n’est pas inutile de rappeler le rapport entre justice et miséricorde. La justice veut que chacun reçoive ce qui lui est dû … Au cours de ce Jubilé, laissons-nous surprendre par Dieu. Il ne se lasse jamais d’ouvrir la porte de son cœur pour répéter qu’il nous aime et qu’il veut partager sa vie avec nous. L’Eglise ressent fortement l’urgence d’annoncer la miséricorde de Dieu. »

Simplement, P. Bernard DENIS

Télécharger la feuille paroissiale n°264

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *