Edito n°462 « Eloge de la fragilité »

Eloge de la fragilité

A l’heure de l’homme augmenté par des techniques d’amélioration de nos capacités physiques, des technologies qui abolissent les distances, de l’intelligence artificielle.

A l’heure où chacun peut se créer une personnalité idéale et une image lissée dans les réseaux sociaux. A l’heure où se développent les moyens et les techniques pour explorer l’espace. A l’heure où l’homme n’a jamais été aussi puissant dans sa capacité de détruire la nature et la vie. L’homme n’a jamais été aussi fragile et la nature aussi dévastée.

Jusqu’où irons-nous dans cette logique mortifère et vers une société de plus en plus individualisante et égoïste ?

Pourtant, chacun de nous peut être atteint par des limites à vivre : santé fragilisée, famille éclatée, revers de fortune. Alors, il me faudra apprendre à assumer la fragilité, à accepter de « n’être que » … que moi, sans artifice ni paravent, à apprendre à accueillir la précarité de la vie et la fragilité des relations. Pour réussir dans la vie, il faut accepter ses failles et ses limites, à les dépasser pour savourer une vie qui avance à travers de modestes victoires et défis. Sans notre fragilité, nous ne pouvons pas être heureux.

CLIQUEZ ICI POUR OUVRIR feuille paroissiale n°462

Simplement, Bernard DENIS

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.