J’Crois

. Je n’en suis toujours pas revenu, traversant la grand’place d’Aire-sur-la-Lys, moi qui depuis des semaines, célèbre aux quatre coins du canton les professions de foi des jeunes collégiens. Je suis ébloui par la profession de foi de ma ville. Voici que chaque réverbère arbore fièrement sur fond violet la phrase : « Aire-sur-la-Lys, J’Crois ».

ob_7622c5f2637f990e2c7e1973d8e9d7c6_thecross

Ainsi donc la « Belle du Pas-de-Calais » s’est convertie et le proclame haut et fort. Je savais que ma ville, il y a quelques siècles de cela, avait été consacrée à la Vierge Marie. Je savais que le passé religieux de la bourgade était riche de nombreuses congrégations et institutions religieuses : Jésuites, Augustines, franciscains, et chanoines de haut rang, couvents, carmel, écoles, églises. Les clochers avaient fière allure dans la cité, sous la protection des remparts.

Mais la révolution française avait fait son œuvre, la collégiale était devenue aux temps troubles : temple de la déesse Raison, l’église Notre Dame avait brûlé, la chapelle de l’hôpital Jean-Baptiste avait abandonné la bénédiction des enfants au jour de la nativité du grand saint, d’ailleurs qu’en reste t-il ?, la chapelle Baudelle désaffectée attend impatiemment le plan relief, il en est de même de celle des dévotaires, seules la chapelle St Jacques et la collégiale St Pierre accueillent les chrétiens méritants… Et voilà que pendant 18 ans avec vous, membres de ma communauté, nous avons labouré, semé, sarclé pensant que peu de semences produiraient le fruit. Eh bien, la Parole de Dieu tient sa promesse, bien au-delà de nos espérances :

 

 « Il en est du Royaume de Dieu comme d’un homme qui aurait jeté du grain en terre : qu’il dorme et qu’il se lève, nuit et jour, la semence germe et pousse, il ne sait comment. D’elle–même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, puis plein de blé dans l’épi ». Marc 4.26-28

Notre ville clame sa foi ! Je vois déjà la foule se presser au pèlerinage à venir de N.D panetière du 9 au 16 aout 2015 ; j’imagine la marée humaine, lors de la future fête de l’andouille, s’agenouillant avant le concert « des prêtres »sur la grand’place de la ville….

« J’Crois ben qu’ té prends tes désirs pour des réalités. L’abbé a du boire trop d’pourette ». Allons vite à Mametz célébrer les professions de Foi de la semaine !

J’Crois qu’cha va aller ! Bonne semaine à tous, Mort de rire !

L’abbé Bruno

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.