Je ne suis pas Charlie!

Certes, comme je l’espère, avec l’ensemble des français partageant un même destin national, avec tous les amoureux de la liberté, de la fraternité et de l’égalité républicaines, je suis choqué, révolté par ce crime barbare, inqualifiable qui touche une des libertés les plus fondamentales en démocratie : la liberté d’opinion qui va de pair avec la liberté inaliénable de la presse, dans le respect des lois.

Je ne suis pas Charlie !

Je ne peux concevoir que des lâches viennent avec des armes de guerre assassiner ceux qui, pacifistes par conviction, n’ont pour arme que le crayon. Je ne peux oublier que les journalistes et les policiers assassinés laissent des familles, des enfants dans la souffrance, celle de perdre ce qu’ils avaient de plus cher : un époux, un compagnon, un papa, un fils… Nous ne pouvons qu’exprimer notre peine et notre empathie. Rien ne peut justifier de tels actes.

Mais, je ne suis pas Charlie !

Certes, je suis prêt à accepter que le blasphème est contenu dans la liberté d’expression. Je ne tiens pas à retourner dans la période obscurantiste de l’inquisition. Le Christ n’a-t-il pas été condamné pour cela ?

Certes, je suis prêt à concevoir que toute institution et donc toute Eglise peut être critiquée, déniée, contestée… que rien n’est vraiment sacré hormis la personne humaine. La liberté n’est-elle pas le magnifique cadeau que le Créateur octroie à l’homme ?

Oui, Mais vraiment je ne suis pas Charlie.

charlie-hebdo

Je peux admettre l’insolence mais je n’en ferai jamais mon quotidien. Je peux admettre l’irrespect mais le respect de l’autre est une de mes convictions fondamentales. Je pense que si notre société va mal c’est parce que tout est contesté à commencer par le respect de l’éducateur et de l’enseignant…. Oh là, je vais passer pour un réactionnaire ! Tant pis !

Je suis trop convaincu de la bonté incommensurable de Mon Dieu à mon égard et à l’égard de tout homme,  pour le bafouer, et pourtant il a pris lui-même, par choix, le chemin du supplicié et de la victime innocente.

Je prends le risque de ne pas être compris et de ne pas être Charlie, parce que c’est toujours le petit, le faible, l’étranger, l’exclu qui sera le premier victime de l’irrespect…

Je ne suis pas Charlie et pourtant je m’incline devant vous et devant votre talent : Cabu, Charb Wolinski, Tignous… et devant vous Ahmed, Frédéric et Elsa…

Je ne suis pas Charlie, mais je ne pourrai supporter que Charlie Hebdo ne soit dans les kiosques ce mercredi au côté de La Croix bien sur !

Puissiez-vous être les étonnés du Chapitre 25 de l’Evangile selon Matthieu !

Dans le deuil et les larmes, j’ose vous souhaiter amis lecteurs :

Une bonne semaine !

Abbé Bruno

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.