L’enfer!

Dimanche ils seront nombreux à goûter à « l’enfer du Nord ». Comme chaque année à pareille époque les pavés du Nord vont accueillir les meilleurs coureurs cyclistes, les équipes professionnelles pour concourir dans cette course mythique.

Enfer, parce que aléatoire, la météo peut transformer les nuages de poussières en bourbiers glissants.

Des secteurs très étroits tracés au milieu des champs de betteraves ne peuvent être empruntés qu’en file indienne. Le vainqueur est non seulement un homme fort du peloton mais aussi un chanceux bien soutenu par ses équipiers.

Finalement il semble plus facile de s’acheminer vers le ciel que de côtoyer l’enfer. Voilà qui est rassurant. Certes Jésus nous dit bien ; « qu’il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer au ciel », ce qui désespère Simon Pierre mais de suite d’ajouter que : «  ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu ».

DSC08304

Finalement il est peut-être plus facile d’entrer au Royaume de Dieu que d’atteindre le podium de l’enfer roubaisien. N’empêche que notre enfance, à nous les anciens, fut pas mal perturbée avec cette peur de l’enfer qui comme l’épée de Damoclès planait au-dessus de nos têtes. Les temps ont bien changé, apparemment de nos jours nous ne risquons plus rien, la chanson le dit « nous irons tous au Paradis » oui bon, mais le doute persiste ! Et puis ce n’est pas pour un temps comme au purgatoire, il s’agit de l’Eternité, alors vaudrait mieux connaître dès aujourd’hui les règles du jeu pour ne pas se faire prendre par traitrise lors du grand jugement !

D’aucuns nous reprocheraient facilement de ne plus y croire à l’enfer, « pas étonnant que les églises se vident » comme si la peur conduisait à la foi.

Ce que je sais c’est que le ciel est déjà là, il est présent, je peux y goûter au jour le jour, il est cadeau de Dieu. Je peux transformer ma vie, et parfois celle de mes proches, en enfer mais je peux aussi goûter à tous ces petits cadeaux de Dieu, que sont : l’entraide, la joie, la bonté et la gentillesse, le don de soi, le dialogue, le pardon, l’écoute… Certes Jésus m’a promis cette vie en abondance pour le jour où je traverserai la mort, mais il ne cesse de m’appeler à en vivre aujourd’hui au quotidien.

« Le chemin de la vie est un chemin étroit Mais ceux qui l’ont suivi ont découvert la joie, Ce chemin d’Evangile prends-le et n’aie pas peur Même un être fragile peut avoir un grand cœur »

Et comme l’enfer est pavé de bonnes intentions, il serait temps de passer à l’action maintenant pour que le ciel soit notre horizon demain !

Bonne semaine à tous et à chacun !

Abbé Bruno

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *