Carême, le peuple est en attente

C’était au temps de Moïse, à l’appel de Dieu le peuple s’est mis en marche, libéré de l’esclavage de Pharaon, il quitte son pays de misère et chemine quarante ans vers la Terre promise par son Dieu. Ces quarante années seront un temps d’épreuve et de purification à travers le désert.

Au temps de Jésus, nous dit l’Ecriture, le peuple était en attente et allait se faire baptiser auprès de Jean-le-Baptiste dans le Jourdain, là encore ce rite était un rite de purification : « Convertissez-vous, croyez à la Bonne Nouvelle ! »

Et voici que notre Carême 2013 est plus que jamais pour notre Eglise un temps d’attente. Suite à la décision respectable et profondément humaine du pape Benoît XVI de renoncer à sa charge, nous entrons dans ce temps d’attente et donc avant tout de prière. Nous aurons l’œil fixé sur Rome et nous ne pourrons que confier à l’Esprit-Saint l’assemblée des cardinaux réunis en conclave pour élire le successeur de Benoît XVI. Il leur faudra du temps, sans doute deux à trois jours de retraite, autour de l’Evangile, une étude des dossiers qui attendent le futur pape, apprendre à se connaître, eux qui viennent de tous les continents, puis suivront les scrutins, afin que petit à petit un nom émerge et que celui-ci accepte la charge confiée…

Ce temps est donc avant tout pour l’Eglise et pour chacune et chacun d’entre nous un temps de purification. Qu’attendons-nous vraiment ? Sommes-nous prêts à partager avec enthousiasme la mission confiée au successeur de Pierre ? Avons-nous l’enthousiasme d’une prière confiante pour que notre Eglise puisse rayonner de sa foi, évangéliser dans l’Espérance et soit éprise de charité et de fraternité pour les plus démunis ? Avons-nous vraiment le désir que de notre famille émerge les prêtres et les vocations religieuses dont nous avons tant besoin ?

Oui, le Carême 2013, temps d’attente, de prière et de purification sera bien trop court : 40 jours c’est sans-doute trop peu, je serai assez d’accord pour reculer la date de Pâques. Qu’en pensez-vous ? Allez, cessons de plaisanter, prions et agissons !

Bonne semaine.
Abbé Bruno

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.