Père

Père : « Abba » Papa, ainsi commence cette prière toute simple que Jésus nous transmet. Il a su, lui, jour après jour, trouver le temps et le lieu pour se retirer et dialoguer avec Dieu son Père, notre Père. Père, un appel qui nous met immédiatement en présence, en dialogue, dans un cœur à cœur. C’est l’appel de l’enfant qui crie : « Papa! » « Papa, tu es là ? »

Tant que l’on peut appeler son père, l’on sait qu’il y a toujours un recours. Qu’une porte reste toujours ouverte. Que si l’amour, la joie, la confiance, le pardon, viennent à manquer, si la misère est devenue notre lot quotidien, que si nous ne comptons pour personne, un Père nous attend: « Mon enfant, tu es ma raison de vivre ! » « Je t’aime, tu es mon héritier, je suis fier de toi ! »

pere-de-la-mariee-1995-05-g

Tant que je peux dire : « Papa »,  « Père », « Abba », je reste avec un cœur d’enfant. Du haut de mes 60 ans, je reste, tant qu’elle est de ce monde, le petit gamin de ma maman : « Prends bien soin de toi, mets ton pull ! »

Je ne suis pas né sous X, à la recherche continuelle de mes racines. Je sais d’où je viens, j’ai la chance, ô combien, d’être d’une famille, d’avoir une fratrie, qui plus est : universelle. Il suffit de tendre ma main d’enfant pour que mon Père la saisisse. Il suffit que je m’approche pour qu’il me mette sur ses genoux. Son objectif est que je prenne mon envol, que je prenne mes responsabilités, que je marche à mon allure, quitte à vaciller, hésiter, trébucher.  « Sois un homme mon fils ! » «  Merci Papa ! »
Bonne semaine
Abbé Bruno.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.